Articles & Essais

Souvenirs d’enfance- Campbell Marr

  

Tout comme Simone de Beauvoir, je me souviens beaucoup de mes souvenirs d'enfance, des cinq sens: le goût, le toucher, l’ouïe, la vue et l'odorat. Dans son autobiographie, Mémoires d'une jeune fille rangée, elle écrit combien ses souvenirs d’enfance sont liés au goût. Elle se souvient très bien de certains moments où elle était très jeune à cause de certains aliments. Simone est également influencée par le personnage d'un livre qu'elle a lu lorsqu'elle était enfant. Deux des souvenirs les plus marquants de ma jeunesse se sont formés autour du goût.

Un des premiers souvenirs que j'ai, est celui de mon premier jour de Pre-K. Je portais ma tunique et une nouvelle paire de baskets blancs. J'avais visité Baldwin plusieurs fois auparavant, mais c'était la première fois que j’étais élève et que j'entrais par les grandes portes de Baldwin. Je me souviens avoir monté les escaliers arc-en-ciel dans le ECC. J'ai mis mon sac dans mon casier jaune avec mon nom décoré dessus, et je suis entré dans la classe.  J'étais dans une pièce pleine de visages inconnus. Je n'ai jamais été quelqu'un qui avait peur facilement, mais ce jour-là, je commençais à devenir nerveuse. C'était le premier jour de la vraie école et je n'avais pas d'amies. Ensuite, une fille s'est approchée de moi. Elle a dit: «Salut, je m'appelle Leah. Veux-tu  être mon amie?". J'étais heureuse et j'ai dit oui. Mon angoisse a rapidement disparu, car j'avais déjà une amie. Ensuite, nous avons toutes deux décidé de nous diriger vers une autre fille qui avait les cheveux roux bouclés. Nous nous sommes toutes les deux présentées et lui avons demandé si elle voulait être amie avec nous. Son nom était Anna. Elle a dit oui aussi. Ce jour-là, nous nous sommes toutes assises à l'heure du goûter et avons mangé des goldfishs que nous avait donnés notre institutrice. Chaque fois que je mange ces bonbons, je me souviens toujours de ce jour-là où j'ai rencontré mes deux meilleurs amies. Je suis toujours amie avec elles!

Un autre souvenir d'enfance lié au goût s'est produit en première année. C'était le jour où nous avons célébré Johnny Appleseed. Il y avait certaines choses que je n’aimais pas manger. En première année, je n'aimais aucun fruit ou légume. Donc, une journée entière pour célébrer un homme qui a planté le premier pommier n'était pas une journée heureuse pour moi. Toute la journée, nous avons eu divers projets de coloriage, des problèmes de mathématiques et une leçon d'histoire sur les pommes. Puis, à la fin de notre journée d'école, nous avons eu un sondage pour savoir quel était le meilleur type de pomme. L'institutrice a installé des stations avec de différentes sortes de pommes et nous a fait goûter à chaque type de pommes pour décider laquelle était notre préférée. Je n'avais aucune envie de goûter  une pomme, et certainement pas cinq. Je voulais me promener dans la pièce et éviter d’en manger mais mon institutrice m'a attrapée. Elle m'a amenée à son bureau et m'a demandé ce qui n'allait pas. Je lui ai dit que je n'aimais pas les pommes. Elle m'a demandé si j'en avais déjà essayé auparavant et j'ai dit non. Elle m'a quand même fait essayer une pomme que je n'ai pas détestée. Je me souviendrai toujours de la première fois que j'ai mangé des fruits, C’était ce jour-là.

Je pense que le goût est un sens très puissant, surtout parce que je suis une personne difficile. Certains goûts et aliments peuvent vous rappeler des souvenirs de notre enfance. Ces souvenirs ne sont que quelques-uns de mes souvenirs d'enfance liés au goût.

Mes mémoires d’enfance- Emily Seltzer

Dans son autobiographie, Mémoires d’une Jeune Fille Rangée, la narratrice, Simone de Beauvoir se présente aux lecteurs. Peu après, elle se souvient du goût de la nourriture qu’on lui donnait à manger et qui lui rappelle des moments précis de son enfance.  Contrairement à Simone, c’est difficile pour moi de me souvenir de bien d'événements de mon jeune âge, particulièrement à travers les cinq sens. Les premiers souvenirs dont je me souviens sont les moments passés à l’école, mais ce sont seulement des moments très spécifiques qui incluent la peur et le stress.  

Le  premier souvenir  que je peux décrire vraiment était lorsque j’étais encore à l’école maternelle. Quand j’avais 4 ou 5 ans, nous avions du temps pour faire la sieste chaque jour. Mais, un jour,  je n’ai pas su utiliser les toilettes. Je me redressais de temps en temps pour essayer de voir l'encadrement de la porte du  W.C. La salle où mes camarades et moi essayions de dormir était très sombre et le paillasson sous moi n’était pas confortable. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais nerveuse d’aller aux toilettes; j’ai voulu attendre que les autres élèves s'assoient d’abord sur leur paillasson. Malheureusement pour moi, quand une élève retournait à sa place, une autre se dirigeait vers le W.C. J'écoutais les bruits des pas pendant que les minutes passaient. 

Un autre souvenir que je porte en moi, dans mon esprit, est le musée de cire en quatrième grade. C’était aussi un autre événement très stressant et triste pour moi. Je devais faire des recherches sur Robert Fulton. Je trouvais qu’il était intéressant de le connaître, mais j’avais peur car nous devions faire une présentation orale de quelques minutes que nous devions mémoriser auparavant.  Je me souviens encore de l’odeur du nouveau bloc-notes. Le jour de l’ouverture du musée, je portais le costume de Robert Fulton et je pouvais sentir ma bouche sèche. Les élèves qui étaient plus jeunes que moi regardaient mon affiche et lisaient les informations sur la vie de Robert Fulton. Les profs nous ont dit que si quelqu’un poussait notre “bouton”—un sticker rouge sur notre main—il fallait commencer la présentation. J’étais triste quand les élèves ont poussé mon bouton et sont sorties tout de suite après. J’ai dû malheureusement finir ma présentation toute seule.  

A travers le goût, Simone se souvient et compare les événements de sa vie. Cela lui permet de se rappeler des détails très spécifiques et mémorables. Par contre, pour moi, il est essentiel que je ressente des émotions fortes pour que je me souvienne d’un moment spécial et pour que ce souvenir s’incruste dans ma mémoire pour toujours. 

Mes premiers souvenirs- Lindsey Brodsky

  

Certains de mes premiers souvenirs sont les moments où j'allais à un nouvel endroit et rencontrais de nouvelles personnes. J'avais peur, mais je devais être courageuse. Aujourd'hui, chaque fois que je pense à ces moments-là ou que je me rappelle quelque chose, je me souviens d'être toujours courageuse et de ne pas avoir peur d'essayer de nouvelles choses. 

Certains de mes premiers souvenirs sont quand j'ai commencé à étudier à Baldwin. Je suis allée à une école maternelle qui s'appelle Gateway et qui se terminait à la maternelle. Au milieu de l'année, mes parents m'ont fait visiter Baldwin et Shipley pour la première année. J'avais peur d'y aller mais j'ai persévéré. Je me souviens de ma tournée autour de l'ECC, et c'est fou que c'était il y a treize ans. Je me souviens avoir visité les deux classes de maternelle et d’avoir mangé un poisson rouge en sucre comme collation avec les filles. Je me souviens avoir vu les filles apprendre à lire l’heure sur l'horloge et d’être confuse parce que je n'avais pas encore appris cela. Je me souviens d’avoir joué sur un ensemble de jeu dans l'une des salles de classe avec quelques filles. Je pense qu'Alexa était mon guide, mais elle ne s'en souvient pas. Même si je n'étais pas élève à Baldwin en maternelle, je me sens toujours à l'aise dans les classes de maternelle parce que je me souviens de ce jour-là quand j'y entre. Après cette journée, je suis rentrée chez moi et j'ai dit à mes parents combien j'aimais Baldwin! Je me souviens ensuite d'être venue en orientation, fin août, avec ma mère pour rencontrer certaines filles de ma classe avant le début de l'année. Je me souviens être entrée dans la classe de Mme Morgan et avoir eu trop peur de quitter ma mère pendant très longtemps. Elle a dû se tenir à côté de moi et tenir ma main pendant que je jouais. Ces expériences m'ont aidée à avoir moins peur le premier jour car j'étais déjà dans cet environnement et je m'en souvenais.

Un de mes autres premiers souvenirs clairs était mon premier jour de camp de nuit. Mon premier était celui de la quatrième année. J'allais être dans ce camp pendant sept semaines et j'allais seulement voir mes parents pendant quelques heures un jour au milieu de l'été. J'étais vraiment ravie d'y aller mais vraiment nerveuse aussi. Je ne connaissais personne. Je me souviens d'avoir été assise à l'arrière du bus pendant trois heures toute seule et si effrayée. Je me souviens d’avoir écouté de la musique sur mon iPod et mangé un sandwich à la dinde. Au milieu du trajet, la conseillère qui était dans le bus est venue s'asseoir à côté de moi et m'a parlé jusqu'à notre arrivée. Elle m'a fait sentir tellement mieux et m'a donné espoir que tout le monde au camp allait être aussi gentil qu'elle. Je suis montée dans le même bus chaque été pendant sept étés supplémentaires jusqu'à ce que je sois trop âgée pour y aller. Mon dernier été au camp a eu lieu il y a deux ans. Aujourd'hui, chaque fois que je vois un bus comme celui-là ou que je passe par l'arrêt de bus, je me souviens toujours de ces trajets en bus et de cette belle expérience.

Ces expériences étaient importantes à cette époque et le sont encore aujourd'hui. Je suis devenue plus courageuse et persévérante grâce à ces moments effrayants. Des années plus tard et même jusqu’à maintenant, elles me rappellent ces mêmes leçons importantes que j'ai apprises alors. 

Les souvenirs de mes premières années- Megan Cooper

Je me souviens de beaucoup de choses quand j’étais plus petite. Je vais raconter mes mémoires par ordre chronologique. Le premier souvenir de mes premières années était quand mon frère est né. Je suis arrivée à l'hôpital avec mes parents et mon au pair, Palmy. J’ai joué avec les boutons du lit, et je les ai cassés par accident. Ma mère était très énervée. J’ai du quitter la chambre avec Palmy. Quand mes parents parlaient avec les médecins, Palmy et moi sommes allées chercher des boissons. C'était la première fois que je buvais du soda. Le goût était incroyable ! Normalement, je n’avais pas le droit de boire ces boissons, mais mes parents voulaient me distraire. Je me souviens qu’il y avait un petit frigo avec des boissons. Après la naissance de mon frère, mes parents m’ont offert un bracelet et un collier. Je les avais adorés ! Ils étaient en argent avec des perles roses et violettes. Mes parents m’ont dit que c’était mon frère qui m’avait apporté le cadeau, et je les ai crus pendant plusieurs années !

Vers l'âge de cinq ans, je ne voulais pas écouter mes parents quand ils me disaient ce que je devais porter comme vêtements. J’adorais porter ce que je voulais et choisir toute seule mes habits. J’aimais avoir le choix et le contrôle. Mes parents ont pris des photos de mes tenues pour me montrer mon style, et honnêtement, c’était horrible! Sur une photo, je portais un maillot de bain noir et blanc avec un pantalons rose et des tongs. Je suis sortie de la maison comme ça. Une autre fois, j'ai décidé de tester une tenues sur mon frère et je l’ai habillé d’une robe violette. Il ne pensait pas que c'était très amusant, mais cela m’était égal et j'ai continué à ajouter des bijoux pour compléter sa tenue. Je me souviens aussi avoir porté cette robe pour un récital de danse. C’était une jupe en tulle gonflée, et un haut avec des paillettes et une petite fleur. J’ai une photo de moi dans cette robe et je pense que c’est très rigolo !

J’étais aussi très compétitive avec mon frère. Avant, je pouvais seulement faire du vélo avec des petites roues. Quand mon frère avait trois ans, il a appris comment faire du vélo sans les petites roues. Je me souviens d'avoir regardé mon frère quand il roulait sur la route sur son petit vélo bleu avec des flammes peintes sur le côté. J’étais si furieuse et motivée que j’ai appris comment faire du vélo sans les petites roues seulement quelques heures après mon frère. Ma mère adore raconter cette histoire, parce que cela montre la compétition entre moi et Gavin.

Finalement, je me souviens de beaucoup de choses quand j'étais plus jeune. J'espère que je n'oublierai pas mes souvenirs et qu'ils m’ont aidée à devenir qui je suis aujourd'hui. J’ai utilisé mes sens (la vue, le goût, l’ouïe, l’odorat et le toucher) pour m'aider à revivre ces moments mémorables d'un passé lointain. J'ai goûté mon premier soda, j'ai établi mon sens de la mode et je suis devenue un leader plus fort. Je suis assez douée pour prendre des décisions et je sais ce que j'aime. Je suis toujours très compétitive avec mon frère, mais j’ai aussi des buts que je veux accomplir dans le futur.

Mes premières années- Melody Yu

Tous mes souvenirs se bousculent quand je pense à mes premières années. J'étais une enfant très active. Mes parents jouaient souvent avec moi à des jeux ou à des sports à l'extérieur. Bien sûr, quand mon frère est né, je n'étais plus la seule à recevoir de l'attention. Donc, à l'âge de trois ans, j'ai accueilli un nouveau membre dans la famille. Souvent, mes grands-parents voyageaient de Chine et restaient avec ma famille pour aider mes parents à prendre soin de moi et de mon frère. De plus, quand j'ai grandi, mes parents ont moins joué dehors avec moi et ont plutôt pratiqué le piano avec moi. J'ai pourtant eu une bonne enfance. Deux souvenirs résonnent en moi le plus.



Mon premier souvenir était quand j'avais quatre ans. Mes grands-parents restaient chez nous. Ma grand-mère était à l'intérieur de la maison avec ma mère, s'occupant probablement de mon frère. Mon grand-père et mon père étaient à l'extérieur de la maison pour jouer au football avec moi. Je pense que c'était l'un des rêves de mon père (qui n'ont jamais été réalisés) que de devenir un bon joueur de football. Mon ballon de football était très coloré. Il y avait Dora dessus! La cour autour de ma maison était assez plate, donc ce n'était pas facile de tomber. Mais, bien sûr, je suis maladroite et je n'ai jamais été bonne au football. Ma voisine, Melissa, était également à l'extérieur avec moi. Elle était beaucoup plus âgée que moi, mais elle jouait parfois dehors avec moi. Elle me semblait être un géante par rapport à ma petite taille. Elle avait de courts cheveux bruns. Bien que ma famille et moi jouions souvent au football dehors, ce souvenir était spécial. C'était une belle journée de printemps. Il faisait chaud. Je portais un gilet coloré et un pantalon. Le ballon de football avec Dora dessus était aux pieds de mon grand-père. Melissa et mon père étaient de l'autre côté de la cour, attendant que je donne un coup de pied au ballon. J'ai commencé à courir. Je me sentais comme une super-héroïne alors que mes baskets, des Sketchers, effleuraient la pelouse. J'ai senti l'herbe sous moi s'enfoncer avec chacun de mes petits pas. Melissa et mon père étaient en face de moi. Tout d'un coup, je ne les ai plus vus ... J'ai vu du noir. Mon visage était planté au sol. Je pouvais sentir l'odeur de l'herbe fraîchement tondue. J'étais tombée! Mon grand-père a couru vers moi, sachant que je commencerais probablement à pleurer très bientôt. Mais, il a été choqué. Je me suis relevée et j'ai recommencé à frapper le ballon. Mes yeux étaient sur Dora. J'ai finalement réussi à rejoindre mon père et Melissa. Mon père m'a fait un gros câlin et est venu me chercher et m'a fait tourner. J'ai toujours eu un grand sourire sur mon visage et je riais de joie quand mon père faisait cela. C'était un souvenir important car il représentait comment je grandissais. Au lieu de pleurer, je suis devenue une guerrière et j'ai continué à terminer ma tâche. Ces jours heureux me manquent - les jours des sourires, des rires, de Dora et de l’herbe fraîchement tondue.




Mon deuxième souvenir était quand j'avais cinq ans. Un gros instrument venait d'être livré chez moi. Bien sûr, quand il est arrivé, j'étais très heureuse parce que je pensais que c'était un nouveau jouet. Bien sûr, je ne savais pas que mes journées avec les jouets étaient comptées et se termineraient bientôt dans quelques années. Mes parents voulaient que je prenne des cours de piano. C'était en fait l'un des rêves de mon père qui ont été réalisés. Comme vous pouvez le voir par mon nom, il semble que mes parents aient toujours voulu que je m'intéresse à la musique. Le souvenir qui résonne en moi, c'est quand mon père m'a placée dans mon siège d'auto dans notre grande camionnette grise, et m'a dit que nous conduirions pendant longtemps. Je me souviens de cette fois, c'était l'hiver. J'avais un pantalon long, un pull et un petit chapeau au-dessus de ma tête. J'ai regardé par la fenêtre pendant la majeure partie du trajet. J'ai vu beaucoup d'arbres et de voitures, mais pas beaucoup de maisons. Nous roulions sur l'autoroute. Je me souviens d’avoir essayé d'étirer ma tête sur la fenêtre pour voir davantage l'extérieur. J'étais petite, alors j'ai à peine atteint la fenêtre. Je me souviens d'avoir écouté de la musique classique tout au long du trajet. C'était juste mon père et moi. La froideur de l'hiver me faisait rougir le nez. Je me sentais nerveuse, mais aussi en sécurité parce que je savais que mon père était là. Je ne savais pas où nous allions mais je faisais confiance à mon père. Enfin, pendant le trajet, je me souviens d’avoir vu des bâtiments - peut-être des écoles? Des maisons? Des magasins? Nous étions à Haverford, en Pennsylvanie. Nous sommes enfin arrivés. J'étais à la Nelly Berman School of Music. C'est là que je passerais la majeure partie de ma carrière musicale. Mon père a souri et m'a fait sortir de la voiture. Je lui ai tenu la main alors que nous entrions dans le bâtiment. Nous avons marché le long d'une rampe et dans un immeuble. Tout était si grand. Enfin, une femme est sortie. Elle était vieille et portait du rouge à lèvres rose. Elle avait de courts cheveux bruns. Elle a souri et m'a fait un câlin et m'a dit qu'elle était heureuse de me voir. C'était ma première rencontre avec la femme qui allait changer ma vie. Nelly, ma première professeure de piano, m'a appris les compétences qui pouvaient m'aider à réussir au piano. Ce fut un moment mémorable pour moi, car même si le trajet en voiture a été long, il m'a conduit à une femme dont je suis éternellement reconnaissante. Je me souviens encore du froid que j'ai ressenti et de ma confusion en regardant par la fenêtre sur l'autoroute. Mais, cette autoroute a été le début de ma carrière de piano.



Enfant, il est très difficile de se souvenir de certaines choses. Cependant, ces deux souvenirs résument complètement mon enfance. Le premier souvenir de l'herbe fraîchement tondue, du ballon de football et de la joie de mon père en me soulevant et me faisant tourner symbolisent tout le plaisir et les jeux que mes parents jouaient avec moi quand j'étais petite. J'étais très active et j'ai toujours recherché l'attention de ma famille. Heureusement, normalement, je la recevais. Le deuxième souvenir de la longue balade en voiture, le gros jouet qui était en fait un piano, et la sécurité de mon père symbolisent ma carrière de jeune enfant au piano. Ces longues promenades en voiture sont devenues hebdomadaires et j'ai passé beaucoup de temps avec mon père, qui s'intéressait principalement à ma carrière de piano. Je me sentais toujours en sécurité avec mon père, car je passais beaucoup de temps avec lui car il conduisait pendant une heure pour aller à Haverford, en Pennsylvanie pour mes leçons de piano et s'asseyait à côté de moi pendant que je pratiquais. J'ai adoré mon enfance. En grandissant, j'ai continué à être active et à jouer du piano. Cependant, je n'ai bientôt plus eu besoin de mon père pour s'asseoir à côté de moi pendant que je pratiquais et maintenant je peux conduire moi-même pour aller à mes leçons de piano. Et, au lieu du football, je joue au lacrosse et au squash. Cependant, ces souvenirs représentaient la formation de la femme que je suis devenue et les activités qui m'intéressaient. Je n'oublierai jamais ces moments spéciaux de ma vie.

Mes Souvenirs- Sammy Baron

Tout au long de l'autobiographie de Simone de Beauvoir, la narratrice raconte en détail les importants souvenirs de sa petite enfance. Simone donne beaucoup de détails sur sa vie parce qu'elle décrit ses souvenirs qu’elle évoque encore grâce à leur relation étroite avec les sens. Simone se réfère à la vue, l'odorat, le goût, l'ouïe et le toucher. De la même manière, je décrirai certains de mes premiers souvenirs.

Un de mes premiers souvenirs est mon appartement situé dans la ville de Philadelphie. Quand j'étais très petite, depuis ma naissance jusqu'à l'âge de trois ans environ, ma famille et moi vivions dans un appartement à Philadelphie plutôt qu'en banlieue.  Souvent  mon père me demande si je m'en souviens. Je me souviens du salon à ma gauche, de la petite cuisine à ma droite, et à l'arrière, il y avait des chambres à trois lits donnant sur la ville, dont une, je me souviens que ma baby-sitter occupait. J'avais seulement un ou deux ans, mais je me souviens y avoir jeté un coup d'œil et avoir gloussé en la regardant dormir sur le lit de mes parents. Je peux encore entendre mon père dans notre petite cuisine fredonner notre chanson préférée et  jouer de la guitare aérienne. Parfois, il se retournait en souriant, le son de sa voix n'était jamais beau, mais il voulait que je chante avec lui. Je sens encore les tuiles froides de la cuisine sous mes pieds lorsque je sautais de haut en bas. Avec ma mère, je l'ai d'abord associée à la couleur orange. En effet, elle portait souvent une chemise à manches longues à rayures orange et blanches. Petite fille, je me souviens m'être endormie sur ma mère sur notre canapé en daim marron. Sa chemise était très douce et elle enroulait ses bras autour de moi. Ma capacité à me souvenir de l'agencement de l'appartement dans lequel j'habitais m'a aidée à me souvenir de ce qui s'est passé dans l'appartement. Par exemple, mentir avec ma mère ou danser et chanter avec mon père. Dans ce même appartement était également l'endroit où j'ai rencontré mon frère pour la première fois. Pendant que mes parents rentraient de l'hôpital, je me souviens avoir attendu qu'ils arrivent avec ma grand-mère. Je ne pouvais pas contrôler mon excitation de rencontrer mon frère, mon excitation était plus grande que moi. Je me souviens de la douce couverture bleu bébé enroulée autour de lui pour aller avec un petit chapeau bleu. Quand la porte s'ouvrit, je pus entendre mes parents heureux, les chuchotements et les bruits sourds de mon nouveau frère cadet. Il sentait bon. Il était propre et frais comme sentaient la plupart des nouveaux-nés et je ne pouvais pas m'arrêter de sourire en le tenant pour la première fois.

Les autres souvenirs de ma petite enfance sont avec ma première amie, Sara, qui est née quelques mois après moi. Nos parents sont amis depuis très longtemps. J'ai passé chaque Halloween de mon enfance avec ma meilleure amie Sara. Je me souviens particulièrement d'un Halloween. Je me souviens que Sara et moi étions déguisées en princesses. Nos robes scintillantes s'illuminaient presque autant que nos sourires, nous aimions Halloween et les bonbons. À un moment donné, j'ai remarqué un adolescent dans un costume très effrayant. Je me souviens de sa cape noire et d'un long masque menaçant qui ressemblait à un fantôme maléfique. Je suis immédiatement devenue très nerveuse, et parce que j'étais si petite, j'ai commencé à pleurer, les larmes coulaient sur mon visage. Cependant, le garçon a remarqué et je l’ai vu s'approcher de moi, enlever son masque et me donner trois morceaux de son chocolat. Je n'avais jamais été aussi heureuse de toucher les petits emballages argentés et de les écouter se froisser. Le goût sucré du chocolat fondit et tourbillonna dans ma bouche et je souris. Sara sourit aussi.

Je ne me souviens pas de tous mes premiers souvenirs, mais j'ai écrit sur quelques-uns qui ont été inspirés par ma vue, mon odorat, mon toucher, mon ouïe et mon goût. Tout comme Simone, j'étais très sensible quand j'étais enfant. Quand j'étais petite, je riais beaucoup, pleurais beaucoup et même parfois je me mettais en colère. J'espère continuer à faire des souvenirs et à m'en souvenir pour que, lorsque je serai plus grande, comme Simone, je puisse penser à la personne que j'étais et me souvenir d'elle le mieux possible.

Le Magnolia- Vivienne Evans

Mon premier souvenir d'enfance remonte au moment où ma famille a déménagé de Fort Washington à Newtown Square. J'avais cinq ans et j'étais complètement bouleversée. J'aimais tellement notre vieille maison. Nous avons déménagé pour nous rapprocher du travail de mon père. Ma sœur et moi étions scolarisées à la maison à l'époque, donc ce n'était pas un problème de déménager et d’aller à une nouvelle école. Cependant, tout ce que nous avons laissé derrière nous m'a manqué.


Notre ancienne maison avait quatre magnifiques magnolias, un à chaque coin de notre cour. Le plus grand, le plus beau des arbres, était dans la cour avant à côté de l'allée. Il avait des branches basses sur lesquelles vous pouviez monter et vous asseoir dessus toute la journée. Pendant l'été, l'arbre avait des coquilles de cigales sur son tronc. Ma sœur et moi les arrachions avec des bâtons. Les pétales étaient d'un blanc et d'un rose éclatants et sentaient une odeur rafraîchissante, mais l'arbre était beau même en hiver quand ses branches étaient nues. Je me suis plainte et j'ai pleuré pendant des jours parce que ma mère m'a dit que nous ne pouvions pas apporter l'arbre avec nous. Après quelques années de vie chez nous, elle a planté un nouveau magnolia à côté de notre allée. Les fleurs fleurissent et ça me rend très heureuse.


Il a fallu une semaine pour déménager dans notre nouvelle maison. Je me souviens d’avoir emballé tous nos vêtements dans des boîtes et déconstruit nos lits pour qu'ils soient plus faciles à mettre dans les camionnettes mobiles. Le déménagement a pris deux jours. Le premier jour était principalement le déplacement des grands meubles. Ma sœur et moi avons été déposées chez notre tante pour la journée et nous avons pu jouer avec nos cousins pendant que nos parents faisaient le gros du travail.


Le deuxième jour, tout avait été déplacé, ce qui signifiait que ma sœur et moi devions aider nos parents. Pendant de nombreuses heures nous transportions des boîtes dans notre nouvelle maison, ce qui était très fatigant pour des enfants de cinq ans, je suis allée dans ma nouvelle chambre. Pour la première fois de ma vie, j'avais ma propre chambre, de l'espace pour moi toute seule. Comme nous n'avions pas encore reconstruit mon lit, la chambre était grande ouverte. Je pouvais faire des roues sur le sol sans atteindre l'autre côté. Je dansais en rond pendant des heures sur les bandes sonores de Hannah Montana et High School Musical en jouant sur ma stéréo bleue.


En quelques jours, une grande partie de la tristesse d’avoir quitté notre ancienne maison avait disparu. Les enfants de cinq ans sont très facilement distraits. Nous avions aussi un chien de deux ans, Scout, qui aboyait avec enthousiasme alors qu'il explorait son nouvel environnement. Il n'était pas censé monter, mais parfois il venait voir ma soeur et nos chambres. J'ai apprécié sa compagnie et cela a facilité la transition vers notre nouvelle maison.


Même si notre ancienne maison m'a beaucoup manquée, et c'est toujours le cas, je suis très heureuse de la situation actuelle. Nous vivons ici depuis près de treize ans et j'ai tellement grandi entre ces murs. J'ai eu des moments heureux, des moments tristes, et tout ce qui se trouve entre les deux. C'est le souvenir le plus vivant que j'ai de mon enfance parce qu’il s’agissait d’un si grand changement dans ma vie. En août, quand j'emménagerai dans mon dortoir pour ma première année de collège, ce sera un autre grand changement. Cependant, sachant qu'à cinq ans, je pouvais m'adapter à de nouvelles circonstances, je sais que tout irait bien. Tout comme le jeune magnolia dans notre cour, je vais moi aussi continuer à grandir vers le ciel.

Souvenirs de mes premières années- Anna Rosenthal

Quand je pense aux premiers souvenirs de mes premières années, beaucoup de choses me viennent à l'esprit. Mais alors que la plupart de ces souvenirs étaient importants et m'ont façonnée fondamentalement, je ne m'en remémore pas bien. Je peux me rappeler les faits de base de la situation, mais je ne me souviens pas comment je me sentais. La première mémoire formatrice dont je me souviens, est quand j’ai visité le Costa Rica avec ma mère et quelques amies. Je ne me rappelle pas beaucoup des détails du voyage, mais en même temps, c'est un voyage que je ne pourrais jamais oublier.


Dans mon souvenir, les vacances avaient très bien commencé. Je peux encore voir le magnifique paysage couvert de fleurs exotiques et d'arbres qui semblaient pouvoir toucher le ciel. Je me souviens aussi très bien des animaux avec lesquels j'ai pu interagir. Un matin, je me suis réveillée et j'ai vu un singe me regarder par la fenêtre! Un jour, j’ai nagé dans une rivière près de la maison où je logeais. Pendant que nous nagions, il a commencé à pleuvoir. À l'origine, nous n'avions pas remarqué la pluie car il ne pleuvait pas fort. Nous avons continué à nager, mais nous avons remarqué que les vagues commençaient à devenir très grosses. La pluie est également devenue plus intense. Je me souviens avoir senti les gouttes de pluie froides sur ma peau et les vagues dures effleurer mon corps. Dans mon jeune esprit, je croyais vraiment que les vagues m'emporteraient vers un pays lointain, mais au lieu de penser à ces choses-là, je me rappelle avoir nagé avec ma mère et m'être accrochée à son cou. Même si j'avais peur, je me suis tellement amusée dans la rivière ce jour-là. J'ai même demandé à ma mère quand nous pourrions revenir. Après notre retour à la maison, nous avons tous joué au monopoly sur le balcon. Il avait cessé de pleuvoir, mais les arbres et les fleurs semblaient encore humides. Les nuages commençaient à s'éloigner et le soleil brillait.


C'était la nuit où le cours de notre voyage a complètement changé. Pendant que ma mère et son amie préparaient des pâtes dans la cuisine, j'ai continué à jouer au monopoly à l'extérieur avec mon amie. Je ne sais pas pourquoi, mais je me souviens avoir bougé sur la chaise la plus proche du balcon. Je suppose que je me balançais sur ma chaise parce que finalement, je suis tombée du balcon. Heureusement pour moi, j'ai pris la chaise avec moi et cela a fini par me sauver la vie. À ce stade, j'ai perdu connaissance et je ne peux donc pas me souvenir de ce qui s'est passé dans les moments qui ont immédiatement suivi ma chute. Mais je sais que j'ai crié, ce qui a poussé ma mère et son amie à venir sur le balcon. Ma mère était concentrée sur le fait de me conduire à l'hôpital le plus proche, qui était à quelques heures de là. Nous avons appelé un taxi qui devait nous emmener à l'hôpital, mais pour arriver au taxi, nous avons dû traverser une rivière avec une tyrolienne. Alors, ma mère a pris la tyrolienne avec moi dans ses bras. Il commençait également à faire sombre à ce moment-là, ma mère et moi avions donc des lumières de mineurs sur la tête. Au moment où nous sommes arrivés au taxi, je n'étais toujours pas réveillée. Ma maman m'a révélé plus tard qu'elle avait eu très peur.


C'est pendant le trajet en taxi quand je me suis finalement réveillée. La première chose dont je me souviens, c'est que ma mère m'a demandé quel était mon nom. Cependant, je pensais qu'elle demandait quel était son nom, alors j'ai répondu en disant "Stacey". Elle était, bien sûr, très inquiète. Surtout parce que cette interaction suggérait que j'avais peut-être eu des lésions cérébrales. Nous sommes finalement arrivées à l'hôpital privé, mais ma mère a eu du mal à communiquer avec les médecins car elle ne parlait pas espagnol. Heureusement, le chauffeur de taxi est resté à ses côtés et a essayé d'aider à traduire. On a finalement dit à ma mère qu'ils n'avaient pas l'équipement dont j'avais besoin, alors j'ai été envoyée à l'hôpital public. Mes souvenirs de l'hôpital sont extrêmement déroutants. Je ne me rappelle que de bribes mais je ne connais pas l'ordre dans lequel elles se sont produites. Je ne me remémore pas du temps que j'ai passé à l'hôpital, mais je sais que je me suis finalement retrouvée dans un hélicoptère. Je devais être attachée. J'avais très peur, surtout parce que l'hélicoptère était si bruyant. Pendant que nous nous envolions, j'ai vu des gens en dessous prendre des photos de l'hélicoptère. Après le vol en hélicoptère, on m'a mise dans un avion à réaction avec un médecin et une infirmière et ils m'ont emmenée à l'unité de traumatologie pédiatrique la plus proche en Floride où je suis restée quelques jours.

Ce fut une expérience très bizarre pour moi et ma famille. À certains égards, je pense que cela m'a aidée à devenir la personne que je suis aujourd'hui. Mais en même temps, cet incident n'est pas quelque chose auquel je pense très souvent parce que, pour la plupart, tout s'est bien terminé. J'ai de la chance que cela ait eu des effets si mineurs sur moi parce que je sais que j'aurais pu être gravement blessée. Quand je pense à mes souvenirs d'enfance, c'est ce à quoi je pense en premier car cela a eu les effets les plus durables sur ma vie.

 

©2020 by The Baldwin School's Florilège Magazine. Proudly created with Wix.com