Florilège 2020

dédié à la promotion 2020
dedicated to the legacy of the Class of 2020

 

Editoriaux des Rédactrices-en-chef

pieces written by Senior Editors-in-Chief Olivia Alleyne '20 and Alexa May Richards '20

 
D7F1EE42-64E1-41F6-8C6E-ADA2D4CA8DB5.JPG

Trois Femmes Puissants -Marie NDiaye

Tout au long de l'année, j'ai eu le plaisir de lire et analyser attentivement l’oeuvre de Marie Ndiaye, Trois Femmes Puissantes et en particulier les deux premières nouvelles dont les personnages principaux sont Norah et Fanta. En écrivant ce livre, Trois femmes puissantes, Marie NDiaye voulait représenter des femmes ordinaires comme étant des femmes puissantes qui symbolisent des forces de la nature. Les trois femmes dans ce recueil ont une “force éternelle” qui les transforme en des êtres humains spéciaux, courageux, et précieux. 
Les aspects de la vie personnelle de NDiaye peuvent être trouvés dans chacune des nouvelles qui composent l’oeuvre. Marie NDiaye est née d'une mère française et d'un père sénégalais. Dans la première nouvelle, le personnage principal, Norah, a été affectée pendant son enfance par la séparation complexe de sa mère qui habite en France et de son père qui vit au Sénégal. Alors que la deuxième nouvelle se déroule en France, une grande partie des contextes des événements décrits ont lieu au Sénégal. NDiaye met en évidence le conflit racial vécu par un enfant métis et les idéaux sociétaux de la Françafrique qui interfèrent avec la croissance et les relations. Le terme “Françafrique” est utilisé pour dénoncer la France pour ses relations politiques avec ses anciennes colonies. Le système de la Françafrique n'est pas un simple rapport de domination de la France sur ces anciennes colonies ; il recouvre des interactions plus complexes et spécifiques allant principalement de la France vers l'Afrique, faites de culture partagée, de connaissance mutuelle, et de connivence. Les idéaux de la Françafrique corrompent le père de Norah, car il est révélé qu'il a abandonné sa famille et s'est enfui au Sénégal non seulement pour rechercher la richesse, mais pour poursuivre ses idées de blancheur. Dans la deuxième nouvelle, NDiaye fait subtilement allusion à la mère du personnage principal, Rudy, qui essaie de se distancier de la noirceur, et désapprouve ainsi sa femme Fanta, provoquant une pression majeure sur leur relation. Ces problèmes raciaux n'ont fait qu'exagérer la tension préexistante entre les personnages féminins et masculins et en particulier entre les femmes et leurs époux et leurs pères.
Les relations toxiques et malsaines avec les hommes constituent le thème principal de ces récits et affectent beaucoup Norah et Fanta. Des sentiments d'abandon et de mépris ont imprégné l'enfance de Norah en pensant à la disparition soudaine de son père. Plusieurs années plus tard, il profite de sa brillante carrière en droit pour dissimuler ses secrets, laissant Norah blessée et perplexe. Fanta abandonne sa carrière de professeur au Sénégal et prend la décision de commencer une nouvelle vie en France avec Rudy, son fiancé. Celui-ci la manipule avec de fausses promesses, des perspectives de carrière et un avenir radieux. En raison de la mauvaise relation de Norah avec son père et de la relation manipulatrice de Fanta avec son mari, elles sont toutes deux abandonnées dans des situations désespérantes. La perspective unique de la deuxième nouvelle, racontée par le  mari de Fanta, Rudy, met encore plus en évidence le thème des relations négatives avec le père. Lui aussi avait également des relations tendues avec son père (présumé) sénégalais après avoir été emprisonné pour meurtre. La peur d'être meurtrier comme son père a hanté Rudy, et a, par conséquent, affecté ses relations avec Fanta et leur fils Djibril. NDiaye choisit d'utiliser le symbolisme et la métaphore pour mettre en évidence les racines des problèmes de ces personnages. Dans la première nouvelle, l'arbre, le flamboyant, dans lequel dormait le père de Norah représente un enfer dans lequel son père habite avec plaisir, montrant ses mauvaises intentions. À la fin de la nouvelle, Norah rejoint son père pour s'asseoir dans l'arbre et l'affronter, montrant sa force absolue. Un oiseau, une buse, représentait le mauvais présage du passé du père qui a affecté la vie de son fils, Rudy. Ce présage est accidentellement rompu à la fin du roman pour représenter son détachement et sa libération de son anxiété par rapport à son père. 
En conclusion, Marie NDiaye décrit avec succès ces deux personnages féminins comme des femmes puissantes et résilientes qui, finalement, reprennent le contrôle de leur vie.

Table des Matières

Olivia Alleyne '20

Trois Femmes Puissants- Marie NDiaye

Alexa May Richards '20

Pour moi, le monde chante
Mes Souvenirs (essai)

Megan Cooper '21

La mode qui sauve 
Les souvenirs de mes premières années (essai)

Campbell Marr '20

Ma vie en noir et blanc
Souvenirs d'enfance (essai)

Emily Seltzer '20

Ma Mélodie 
Mes mémoires d'enfance (essai)

Lindsey Brodsky '20

Mon Podium 
Mes première souvenirs (essai)

Melody Yu '20

Le Noir et le Blanc 
Mes premières années (essai)

Sammy Baron '20

Les Fenêtres de l'âme
Mes souvenirs (essai)

Vivienne Evans '20

Zermatt
Le Magnolia (essai)

Anna Rosenthal '20

Tu es le soleil qui brille
Souvenirs de mes premières années (essai)

Emma Gantard '21

Qui serons-nous?

Leah White '20

Les choses changent

Menal Siddiqui '20

Plaisirs terrestres

Maria Harlamova '20

L'Océan

Maya Esty '21

Le Lac

Sophia Hairston '20

Un Mot

Kristen June '21

Je veux

Liah Osborne '21

Cuisine de Grand-Mère

Stephanie Hulme '21

Liberté

 

©2020 by The Baldwin School's Florilège Magazine. Proudly created with Wix.com